L’article est consultable ici.

Valérie Pécresse, Présidente LR de la Région Ile de France, a présenté en Mars un projet de ‘Small Business Act’ francilien au Conseil Régional. Ce dernier ne fait pas l’unanimité, et une clause particulière retient l’attention des médias : la clause Molière.

Parce que nous souhaitons que chacun puisse se faire son avis, voici le rapport présenté par Madame Pécresse : ici, en PDF.
René Coulomb avait, en Juin 2008, apporté son point de vue sur la question de la langue française dans les entreprises française. Il disait ainsi :

En Europe, où se joue en grande partie l’avenir de nos entreprises, on ne peut
se résigner au déclin continu du français dans toutes les institutions européennes. On aurait pu à la rigueur comprendre que l’allemand devienne une langue très usitée en Europe puisque c’est celle de la première puissance économique européenne et la langue la plus parlée dans l’Europe des 27 !
Mais l’anglais ou plutôt l’anglo-américain, est la langue du seul pays parmi les principaux pays de l’Union Européenne qui veuille limiter l’Europe à un simple marché unique. Il faut rappeler que le français fut la langue de travail du Marché Commun jusqu’à l’arrivée de l’Angleterre, qui y était entrée grâce à Georges Pompidou, lequel avait dit que si le français ne restait pas la première langue de travail de l’Europe, « alors, l’Europe ne sera jamais tout à fait européenne ».

 

Nous échangeons de plus en plus en plus, mais comment continuer à échanger sa culture sans la perdre ?

Bonne lecture !