Christine Petiteau

 

Avec Christine Petiteau – co-Gérante de l’entreprise Petiteau et Présidente nationale des groupes « Femmes dirigeantes » de la Fédération Française du Bâtiment (FFB),

 

Emmanuelle Larroque

 

Et Emmanuelle Larroque – Directrice-Fondatrice de Social Builder et Fondatrice du réseau « Jeunes Femmes & Numérique ».

 

Stéphanie Ouaknine, à l’origine de cet afterwork, introduit le thème et présente nos 2 invitées.

2 réseaux, 2 communautés ‘’étendues’’ :

Christine Petiteau a créé en 1986 l’Entreprise Petiteau, elle en est devenue co-dirigeante en 1997. Dès la création de l’entreprise, elle a adhéré et pris des mandats à la Fédération Française du Bâtiment (FFB). Elle est la Présidente des groupes ‘’Femmes Dirigeantes du Bâtiment’’ depuis la fin de l’année 2016.

Aujourd’hui, il y a 94 groupes Femmes Dirigeantes du Bâtiment, quasiment 1 par département. Leurs missions : rompre l’isolement des adhérentes, partager leurs expériences, inciter les femmes à s’investir dans les mandats professionnels (CCI, Prud’hommes,…). Les groupes Femmes dirigeantes vont également beaucoup à la rencontre des jeunes pour leur faire découvrir le bâtiment.

Emmanuelle Larroque a créé en 2010 Social Builder, une start-up sociale engagée pour la mixité femmes-hommes et pour la réduction du ‘’gender gap’’ dans les sphères dirigeantes. La communauté ‘’Jeunes Femmes & Numérique’’ vise à redonner aux femmes les voies et moyens pour participer pleinement à la vie et au développement de l’économie numérique. Social Builder est aujourd’hui riche d’un réseau de 10 000 membres en Île-de-France et présente dans 4 régions.

Leurs priorités, leurs actions :

Pour Christine Petiteau, les entreprises du bâtiment ont un défi majeur face à elles : un nombre croissant d’entreprises à transmettre, à reprendre ; les femmes dirigeantes doivent y prendre leur part. La mixité sera un atout pour la profession.

Pour Emmanuelle Larroque, les cibles visées par Social Builder sont les suivantes : les Entreprises qu’il faut accompagner sur la mixité femmes-hommes et la mobilité verticale des femmes ; les femmes qu’il faut immerger dans l’écosystème technologique pour susciter des vocations dans les métiers d’avenir ; les Territoires auxquels apporter des solutions pour créer les viviers et projets permettant de renforcer les dynamiques d’inclusion.

La loi ou l’éducation ? Probablement les 2, avec désormais une priorité à l’éducation et à la lutte contre les stéréotypes. ‘’Aujourd’hui, il faut oser’’. Parmi les sujets prioritaires, la discrimination sur les salaires qui est encore l’objet de controverses, pourtant le constat est sans appel : ‘’les chiffres ne sont pas bons’’.

Sur leurs soutiens, leurs ressources :

Nos intervenantes insistent sur l’importance des soutiens, à la création comme dans le développement, de la part des dirigeants et des responsables qui ont pris ou prennent fait et cause pour la mixité.

Les ressources de ‘’Jeunes Femmes & Numérique’’, proviennent de ses partenaires qui sont des références dans les sphères publiques et privées.

En revanche, faire partie d’un groupe ‘’Femmes dirigeantes du Bâtiment’’ est un des nombreux services auquel l’adhésion à la Fédération Française du Bâtiment donne droit.

Jean-Yves Koch, en conclusion, remercie nos 2 intervenantes pour leurs témoignages exemplaires et salue la réussite de leurs initiatives au service de la modernisation de notre économie.

Il note que le BTP, traditionnellement réticent à la mixité, attire de plus en plus de candidatures féminines ; à l’opposé, les métiers du numérique doivent eux retrouver l’attractivité qu’ils ont eue naguère auprès des femmes.